Auteur-éditeur, le bonheur ?

On se dit souvent qu’être auteur-éditeur, c’est le pied. Ou alors c’est la bonne solution quand son texte est si mauvais que personne ne veut le publier ! Pourtant, je tenais à faire un petit listing des avantages et inconvénients pour un auteur de porter simultanément la casquette d’éditeur, afin de montrer que ce choix est tout sauf parfait :

Avantages :
– Économie de timbres, de visites interminables à la Poste pour envoyer son manuscrit à travers tous les continents (si si, je vous jure) à la recherche d’un hypothétique éditeur intéressé.
– Économie de papier… forcément, il ne faut pas imprimer 20 exemplaires de plus de 200 pages.
– Gain de temps… ce qui est surtout valable pour les grandes maisons d’édition qui vous communiquent parfois leur réponse… 3 ans plus tard (c’est du vécu ! ).
Inconvénients :
– Dans le cadre d’une maison d’édition associative (comme c’est notre cas), les administrateurs ne peuvent pas se verser de salaire… donc adieu les droits d’auteurs.
– Il faut savoir mettre son ego de côté et s’entourer de personnes suffisamment intransigeantes et professionnelles capables de mettre le doigt sur ce qui ne va pas dans votre texte.
– Il faut survivre à la mauvaise image de l’auteur-éditeur qui justement doit être vraiment mauvais pour que personne d’autre ne désire l’éditer !
– Problème de schizophrénie… quand des personnes vous demandent si vous pouvez envoyer une interview à l’auteur… et que vous acceptez… tout en sachant que c’est vous… ^_^ ;
– Au final, c’est vous ou votre boîte qui prenez le risque financier de l’impression, de la distribution, de la publicité, sans savoir si votre récit va trouver son public.
En conclusion, si s’auto-éditer présente des avantages certains, ce choix représente aussi des risques à mesurer. S’entourer d’une bonne équipe est alors indispensable pour réussir dans cette entreprise risquée et mal perçue par de nombreux lecteurs.

Advertisements

A propos petitcaveau

Maison d'édition spécialisée dans la publication de récits vampiriques
Cet article, publié dans Concrètement..., est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Auteur-éditeur, le bonheur ?

  1. Argemmios dit :

    Pas de salaire, ok, mais les droits d’auteurs ne sont pas des salaires (même s’ils se déclarent fiscalement dans la même catégorie) et se les payer ou pas est un choix de la part de l’auteur-éditeur. Ce que je veux dire, c’est que la loi ne te l’interdit pas. Tu es bénévole au niveau administratif mais tes droits d’auteur, qui relèvent de la propriété intellectuelle, te sont dus.

  2. Ping : Griffe d’Encre et l’autopublication | Métier : éditeur

  3. Carole dit :

    Bonsoir, Je « tombe » par hasard sur votre blog. J’ai justement ce projet, de devenir « auteur-éditeur », mais sans chercher du tout à en vivre, bien sûr. Et je suis surprise de découvrir que vous avez pu mener loin ce projet. Bravo, j’espère pouvoir, un jour, suivre vos traces…. Merci pour ce blog qui, je pense, peut aider des visiteurs peut-être rares, mais certainement pas indifférents.

  4. lepretre dit :

    Parfait ,bon maintenant qu’elles sont les démarches pour devenir Auteur Editeur Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s