Charte graphique (1/2) – création

Chers vous-qui-me-lisez, aujourd’hui nous allons causer contenant et non contenu, forme et non fond, j’entends par là : la trombine de nos ouvrages, et en particulier la couverture et la maquette intérieure. Car cela fait partie du boulot du micro-éditeur de se créer une identité visuelle, afin que les livres qu’il publie soient reconnaissables au premier coup d’œil.
Pour illustrer mes propos, je placerai çà et là des images des bouquins Griffe d’Encre, faute de quoi je parlerais un peu dans le vide ou vous obligerais à cliquer du mulot comme des fous pour suivre certains détails.
Donc attention ! billets – car il y en aura 2 – avec de vrais morceaux de livres à l’intérieur, une fois n’est pas coutume.

Déjà, un peu d’historique

Lorsque nous nous sommes lancées dans l’aventure, avec Magali et Sophie, l’une des premières choses auxquelles nous avons réfléchi, une fois la ligne éditoriale établie, a été la charte graphique. Pourquoi ? Parce que nous étions attachées au côté objet du livre (et là, voyez-vous les livres, armés de pancartes, défiler en criant : « non au livre-objet, rendez-nous notre dignité » ?), et tant qu’à faire, nous voulions un bel objet. Le livre-moche-exprès est sans doute un concept, mais il ne nous attirait pas.

Lors de notre deuxième réunion, nous avions mis cette question à l’ordre du jour et, pour bien nous préparer, nous nous étions attelées à une tâche titanesque : répertorier l’ensemble des livres que nous possédions, et apporter sur le lieu de la réunion un exemplaire de chaque collection, voire plusieurs s’il y avait une forte disparité entre les ouvrages d’une même collection (c’est là que l’on comprend pourquoi j’avais proposé que la réunion se fasse chez moi).

Nous avons passé un week-end à piocher ces livres un à un, les feuilleter et dire à la cantonade (comprenant nos conjoints bien-aimés et nos chats) : pour celui-là, j’aime ceci, je n’aime pas cela – et passe à ta voisine.
Ceci et Cela étant non pas les singes du Grand Yaka, mais la couleur, la police, la taille, la disposition du titre, du nom de l’auteur, le logo, la place réservée à l’illustration, le type d’illustration, le format du bouquin, les éléments repris sur la tranche, ceux figurant en 4e de couverture (c-à-d au dos de l’ouvrage), l’homogénéité dans une même collection, la couleur globale, le pelliculage brillant ou mat, la maquette intérieure : taille des marges, police, majuscules accentuées, emplacement et police des folios, etc.

Tous nos avis dûment notés dans un fichier Excel, nous avons secoué le tout, prononcé quelques incantations, et, ô miracle, nous étions plutôt d’accord, au moins sur l’essentiel.
Restait à en faire quelque chose de concret : une charte graphique.

C’est là que Magali Villeneuve est entrée en scène.

(Magali, je te présente toutes nos excuses. Vraiment. Parce que, pour faire ce billet, j’ai farfouillé dans mes archives et j’ai retrouvé le fameux tableau Excel, puis la tentative de synthèse – ratée, vu qu’elle était 3 fois plus grosse que ce qu’elle tentait de synthétiser – que nous en avions faite, et j’ai le souvenir que nous t’avons donné tout ça tel quel, brut de décoffrage, et t’avons laissée te dépatouiller avec… Hum…)

Bref, Magali a transformé ce résumé incompréhensible en une liste de points, de propositions, d’avertissements quant aux conséquences de ces propositions, et nous n’avons plus eu qu’à choisir tout en mangeant des fajitas.

Je vous fais grâce des détails, et il y en a un paquet, puisque le fameux tableau date de janvier 2006, que Magali s’y est attelée en septembre 2006, et que les derniers éléments de la charte graphique furent fixés fin mars 2007.

Voyons donc le résultat

Notre charte graphique est extrêmement rigide afin de permettre une grande variété de styles. C’était le but : qu’un livre GdE se reconnaisse du premier coup d’oeil, mais que l’on puisse travailler avec n’importe quel style d’illustration.

La preuve par l’image :

8 couvertures griffées
8 couvertures griffées

Comme vous le voyez, les styles sont très différents, et pourtant l’unité est là, et pas seulement grâce au logo, au format des livres (13×20) ou au pelliculage (mat, chez nous).

La police et la disposition des différents textes sont identiques d’un livre à l’autre, ainsi que l’emplacement / la taille des logos et des éléments plume + trait et bandeau. Sur la tranche, on retrouve le logo simplifié en haut et une goutte d’encre en bas, dans le bandeau, ce qui rend les livres reconnaissables même une fois rangés dans une bibliothèque.

 

Une couverture complète : première, tranche et quatrième

Une couverture complète : première, tranche et quatrième

À noter que dès le départ nous avons dû prendre en compte les spécificités des collections, afin d’aboutir à une charte adaptée à toutes. Les 2 collections susceptibles de poser problème étaient les anthologies d’une part, car il est d’usage d’indiquer sur la première de couverture le nom de tous les auteurs participants – et il peut y en avoir beaucoup –, et les novellas d’autre part, car s’agissant de livres à faible pagination, ils offraient peu de place sur la tranche. Impossible par exemple d’y placer un détail de l’illustration de couverture, ce qui m’aurait pourtant bien plu.

Autre particularité de notre charte : nous avons une couleur par collection. Les anthologies sont vertes, les novellas bleues, les romans sable, les recueils rouges. La 5e collection étant toute récente, j’y reviendrai plus tard.

Cela implique beaucoup de contraintes pour les illustrateurs. Ils doivent respecter un nuancier, un format, c’est à eux d’adapter leur illustration à la charte et non l’inverse : l’emplacement du titre n’est pas négociable ; les illustrations sont forcément éclaircies par le bandeau du bas ; etc.

Quelques variantes cependant : les romans, novellas et anthologies proposent 2 versions de la charte : version claire (les textes et les éléments fixes, sauf le logo de 1ère de couv, sont clairs) pour une illustration à dominante foncée ; version foncée (textes et éléments fixes foncés) pour une illustration claire. Pour les recueils, ce n’était pas possible, un texte foncé ne ressortant pas sur un fond rouge, du moins pas sans flanquer une bonne migraine à qui s’y risquerait.

Versions claires / foncées
Versions claires / foncées des novellas, recueils et romans

Pour les anthologies, la charte autorise les noms des auteurs à gauche ou à droite sur la 1ère de couverture.

La maquette intérieure est tout aussi constante. Polices, interlignes, gestion des césures, en-têtes et pieds de page, marges… sont identiques d’un livre à l’autre, tous nos ouvrages se terminent par des « coulisses » présentant de la même façon l’auteur / anthologiste et l’illustrateur. Bref, pas besoin de la couverture pour savoir qu’on est dans un ouvrage griffé.

Bon, mais alors, me direz-vous, vous ne seriez pas un peu psychorigides, chez Griffe d’Encre ? Vous n’avez jamais eu de projet qui sorte de l’ordinaire et qui vous oblige à bousculer votre sacro-sainte charte, que ce soit pour la couverture ou pour l’intérieur ? Rouge, vert, sable, bleu, il reste quoi si vous lancez d’autres collections ? Rose ? Gris à pois violets ?

Les réponses seront pour un prochain billet, celui-ci étant déjà bien rempli.
Donc à bientôt pour les exceptions et déclinaisons 😉

Édit : pour la suite, c’est ici.

Publicités

A propos Menolly

Cocréatrice des éditions Griffe d'Encre en 2006, je dirige la collection Novella, et codirige les Romans avec Magali. Je suis également gérante de la société, webmastrice du forum, du site et de la boutique, correctrice, maquettiste, et chargée de la fabrication des livres griffés. Le repassage, par contre, c'est pas mon truc.
Cet article, publié dans Un peu de technique, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Charte graphique (1/2) – création

  1. Conteuse dit :

    Remarquable présentation d’un sujet souvent sous-estimé. Et qui prouverait, s’il était besoin, qu’il n’est pas à la portée d’un nouveau venu sans expérience.
    Y a-t-il une notion de copyrigth à gérer sur ce style de charte ?

  2. Menolly dit :

    Alors là, c’est une colle, je n’en ai aucune idée. J’avoue que je ne suis pas très « copyright » à la base (j’ai un passé d’informaticienne amoureuse de Linux et de l’open source en général, ceci devant expliquer cela).

    Bien sûr, je ne serais pas super contente de voir apparaître des livres avec la même allure que les nôtres, vu les efforts qu’on a fournis pour qu’ils se reconnaissent facilement. Surtout par respect pour le travail de Magali Villeneuve, en fait. Mais bon, il y a aussi le logo et le nom de la maison d’édition (qui lui est protégé automatiquement depuis la création de la société) sur les bouquins, et je ne vois pas vraiment l’intérêt qu’un éditeur trouverait à copier notre style.
    En fait je suis peut-être naïve de ne pas me soucier de ce genre de choses, je ne sais pas 😛

    Après, si ça arrivait, cela pourrait être le hasard.
    D’ailleurs cela me rappelle un vieux souvenir : notre première idée de logo, dessinée hâtivement par Magali lors de notre première réunion, était un chat noir sur un livre. Nous l’avons abandonnée quelques mois plus tard quand nous nous sommes rendu compte lors d’un salon que c’était quasiment le logo des éditions « Le Dilettante » (qui publient entre autres Anna Gavalda).

  3. Oph dit :

    Si on y réfléchit, aucun des éléments de cette charte graphique n’est vraiment unique : les bandeaux semi-transparents sont devenus très courants avec la démocratisation des logiciels graphiques, le logo est un grand incontournable, en première de couv’ comme sur la tranche… On voit bien que c’est leur disposition, et le fait que celle-ci soit globalement immuable, qui donne son identité à l’ensemble du catalogue de Griffe d’Encre.

    J’adore ces notes qui racontent les coulisses, le « comment on en est arrivé là ». ^^
    J’attends la suite… et l’inévitable allusion aux Carnets, dont la charte adaptée est géniale, soit dit en passant.

  4. NB dit :

    Houuuu, je sens qu’on va avoir un article sur GiG ! Chouette, chouette !

  5. Menolly dit :

    Il y aura effectivement du Guide et du GiG dans le 2e épisode 🙂

  6. Yap dit :

    Et un peu de Kopp ?

  7. Zygomatique dit :

    Loin de vous trouver psychorigides, je vous trouve au contraire remarquablement organisées et prévoyantes.
    Le résultat est là, votre charte graphique est classe, reconnaissable d’un coup d’oeil tout en permettant tout un panel de couverture différentes.
    Je dis BRAVO !
    (Et puis, ça fait pas de mal aux illustrateurs d’avoir quelques contraintes, on créé souvent mieux en étant guidé…)

  8. argemmios dit :

    Ce que j’aime particulièrement, dans cette charte, c’est le petit coin déchiré, en bas, avec le trompe-l’oeil, comme si le genre (ou la collection, chez GdE) n’était pas une étiquette collée sur l’ouvrage, mais un secret plus intime, à découvrir en grattant sous la surface.

  9. Menolly dit :

    Mais ce n’est pas en trompe-l’oeil, on déchire à la main tous nos exemplaires 😛
    Blaguàparts, jolie interprétation, et qui colle bien avec notre côté griffure de réel, en plus.

    Yap > Oui, y aura du Kopp aussi, les 2 😉

    Merci à tous pour vos commentaires 🙂

  10. macalys dit :

    Très chouette article^^

  11. isaguso dit :

    Moi c’est le nom de l’auteur avec le plume qui m’a toujours fait rêver (même si bon, avec un chat pas loin…). Quand j’ai vu la présentation de ma novella, c’est de voir cette présentation à la fois sobre et pleine de sens qui m’a fait dire « Wahou ! Ça y est, j’ai un livre avec mon nom à moi » ^^
    (Et oui, le narcissisme de l’auteur)

  12. Francis dit :

    En tous cas, ce sont de chouettes bouquins, de ce point de vue.
    Enfin, en règle générale, j’ai tendance à trouver moches les couvertures des bouquins de sf-fantasy-fantastique (sans même parler des bouquins anglais ou américains du genre, qui sont généralement hideux), là, c’est joli. Bravo 🙂

  13. Ping : Charte graphique (2/2) – déclinaisons, exceptions | Métier : éditeur

  14. Ping : L’illustration de couverture | Griffe d'Encre – Le blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s