Trève de Noël

On déménage, on change ses statuts, on va déposer son dossier à la nouvelle Chambre de Commerce et d’Industrie. C’est l’hiver, il fait froid, la neige a commencé à tomber et à bloquer les routes. On se farcit pourtant tous les allers-retours que l’Administration, jamais capable d’être claire et complète du premier coup, impose. Puis c’est bon, tout est ok, validé, signé, on donne son chèque, c’est mi-décembre, on est encore dans les clous, tout va bien, on va pouvoir fêter Noël l’esprit serein.

Arrive la mi-janvier, et un courrier qui écarquille les yeux.

Le chèque n’a pas pu être encaissé parce que les frais d’enregistrement ont augmenté au 1er janvier. Il faut faire un nouveau chèque, un peu plus élevé. Et on n’a toujours pas le k-bis qui va bien.

On ne comprend pas, on affirme haut et fort qu’on a pourtant déposé son dossier en décembre, en temps et en heure.

« Oui mais pendant la trève de Noël, le personnel de la CCI ne dépose pas les dossiers pour enregistrement auprès du Greffe du Tribunal de Commerce. »

Parfois, on a le sentiment d’être pris pour un con… fiseur.

Publicités

A propos argemmios

Auteur de Fantasy et de Fantastique, maintenant et à jamais. Anthologiste, aussi, puis éditrice depuis la création des éditions Argemmios : http://www.argemmios.com Parce que l'Histoire et les histoires, les grands mythes, le folklore, mes deux pieds dans la terre, mes mains enracinées aussi, et cet oeil qui a vu, ce corps qui a senti ce que la science ne sait pas.
Cet article, publié dans Brèves du dimanche, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Trève de Noël

  1. Oph dit :

    Oh la joyeuse galère.
    Laquelle, néanmoins et si je peux le permettre, peut arriver à n’importe quel entrepreneur et n’est donc pas typique du métier d’éditeur. La maison qui rend fou, c’est pour tout le monde et c’est ça qu’on aime (ou pas) !

    Oph, pinaillage du dimanche.

  2. argemmios dit :

    Tout à fait.

    Mais si on va par là, l’anecdote du Mister Cash racontée par Mille Saisons aurait pu arriver à n’importe quel artisan français, par exemple un bijoutier celtique, ou un vendeur d’hypocras, sur l’un des marchés médiévaux auxquels nous participons parfois les uns et les autres 😉

    Nos brèves ont ceci de particulier que c’est à nous qu’elles sont arrivées, et qu’on essaie de vous faire rire avec, car mieux vaut en rire qu’en pleurer 🙂

  3. isaguso dit :

    C’est particulièrement frustrant quand on sait les difficultés que connaissent les petites entreprises. C’est vrai que les démarches administratives les achèvent souvent (et après on se demande pourquoi la France n’est pas un pays où les gens se lancent facilement dans leurs propres initiatives…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s