Par un beau dimanche…

Journal de Bord du Camarade Mille Saisons

– Vous savez pas où je peux trouver un Mister Cash ?
– Un mister cash ?
– Vous savez bien, un Mister Cash, un appareil qui donne du cash…

Mais oui, c’est bien sûr, mon vis-à-vis est un petit plaisantin qui trouve drôle de donner des surnoms aux appareils de la vie courante.

Quelques minutes plus tard :
– Bonjour, vous avez bancontact* ?
– Pardon ?
– Bon c’est pas grave, vous savez où je peux trouver un Mister Cash ?

Ah bah non finalement, mon précédent interlocuteur n’était pas un petit plaisantin donnant des noms rigolos, c’était juste… un Belge !

Advertisements

A propos millesaisons

Editeur de fantasy et de fantastique francophone.
Cet article, publié dans Brèves du dimanche, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Par un beau dimanche…

  1. Garulfo dit :

    Ha ha, en lisant le post, je me demandais quel était le problème d’incompréhension. ^^ Mais je suis Belge. Depuis que je vais en France plus régulièrement, j’apprends à trouver des termes compréhensibles pour tout le monde, et pas uniquement en ce qui concerne l’argent.

    Ceci dit, c’est tout ce qui fait le charme de la Belgique, ces petits noms ^^

    Garulfo

  2. isaguso dit :

    Ayant une mère belge, j’ai souvent utilisé des belgicismes aussi. Étant petite, ça me valait souvent d’être regardée très bizarrement à l’école ^^

  3. gaëlle dit :

    La première année où je fus à la foire du livre de Bruxelles, j’étais toute guillerette, un verre à la main le soir du cocktail sur le stand de l’éditeur, quand une dame visiblement intéressée par les livres dudit éditeur me dit texto: « je n’ai plus de liquide, est-ce que vous avez un bon contact »… Moi, j’ai beau être guillerette, je ne vois pas le lien direct entre la qualité de mon relationnel et l’argent liquide (à part si la dame veut que j’aille parler gentiment à son banquier, mais à 21h30 un vendredi, c’est peu probable). Je lui fais donc un sourire splendide en lui demandant « pardon? ». Et elle de me répondre, excédée: « Vous vous moquez de moi? Je vous demande si vous avez un bon contact »… Heu… Mais je ne me moque nullement, je me contente de n’y paner que couic, chère madame. Toute rougissante, je lui dis que je ne comprends pas sa question. Et la dame de partir avec pertes et fracas, très fâchée.

    Il a fallu qu’un membre de la maison d’édition éclaire ma lanterne et m’explique ce qu’était un bancontact… Ainsi donc, cette dame se fichait totalement de savoir si j’étais une gentille fille ou pas, c’était juste des histoires de gros sous. Limite vexant…!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s